L’étang de Capestang

L’étang de Capestang

L’étang de Capestang

Dans l’étang de Capestang-Montels  vendu par lots à la fin du XIXe siècle à des propriétaires privés, certains vestiges et noms font référence à la voie Domitienne, voie romaine construite à la fin du IIe siècle après Jésus-Christ qui reliait Rome à l’Espagne. La voie Domitienne traversait l’étang sur un viaduc de pilotis. On trouve encore quelques vestiges au Viala, mais surtout avec le nom « Ponserme »,  mention de vestige du viaduc avec des arches au milieu de l’étang existant encore au XVIIe siècle (pons septimus), pont situé à la septième borne militaire au départ de Narbonne.

L’exploitation de l’étang offrait de très nombreuses ressources comme le sel avec les salines que possédait l’archevêque de Narbonne, mais aussi la pêche, la chasse au gibier d’eau, la canotte (roseau) qui fournissait le fourrage et également le combustible pour les fours des boulangers et des tuiliers.

On comprend ainsi le développement dans la partie supérieure de l’étang d’un castrum où se croisaient deux axes de circulation, des chemins sauniers très importants, en l’occurrence l’axe Béziers-Carcassonne et l’axe Narbonne-Saint-Pons.

Les premiers écrits datent de l’an 1000 et font état à la tête de l’étang (futur Cap Estang) des deux signes de pouvoir : le pouvoir politique du seigneur avec l’édification d’une tour et le pouvoir religieux avec une petite chapelle.

.

CLIENT

Authentic

WHAT WE DID

Identify / Performance / Design / Photography

Compétences

Posté le

décembre 10, 2018

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code